MODE E BIKE EN 2021 – CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LES VÉLOS ÉLECTRIQUES

Vélo électrique – d’où vient-il ?

Les premières références à la bicyclette électrique apparaissent déjà à la fin du 19e siècle aux États-Unis. Le premier brevet pour un prototype de ce type de véhicule a été reçu en 1895 (relatif à la “bicyclette à batterie”), puis en 1897 ( il est déjà question de la bicyclette électrique, propulsée précisément par un double moteur électrique). Au cours des décennies suivantes, l’idée originale a été transformée et modernisée, et dans les années 1990, un autre brevet pour une forme étendue de ce type de monocycle a été déposé au Japon, par exemple. Toutefois, c’est au cours des deux dernières décennies que la période de production et de popularisation des vélos électriques est la plus importante.

E-bike : caractéristiques, fonctionnement

E-bike, ainsi que e-bike, est un terme faisant référence au nom original et complet de ce type d’équipement, à savoir “electric bicycle” – ce qui signifie “vélo électrique” en anglais. Sa définition est en fait limitée non seulement par les exigences de l’Union européenne, mais aussi par la loi suisse sur la circulation routière (article 2, point 47), qui stipule ce qui suit : “bicyclette – véhicule dont la largeur ne dépasse pas 0,9 m et qui est mû par la force musculaire de la personne qui le conduit ; la bicyclette peut être équipée d’un moteur électrique auxiliaire actionné par les pédales, alimenté par une tension ne dépassant pas 48 V, d’une puissance nominale continue ne dépassant pas 250 W, dont la puissance de sortie diminue progressivement et tombe à zéro après avoir dépassé une vitesse de 25 km/h.”

Qu’est-ce que cela signifie en pratique ?

Eh bien, la loi susmentionnée indique clairement les spécifications autorisées pour ce type de véhicule, ce qui l'”arrête” dans les catégories des bicyclettes et le distingue en même temps des équipements de type scooter. Dans le même temps, cette loi définit clairement les restrictions relatives à la conception et à la puissance du vélo électrique. En résumé, la conduite d’un vélo électrique n’est possible qu’à l’aide de la puissance des pédales, qui activent l’ensemble du mécanisme de soutien – lequel est automatiquement désactivé lorsque la vitesse du véhicule dépasse 25 km/. La tension maximale est de 48 V et la puissance maximale est de 250 V. Ces limites ne gênent cependant pas les amateurs de ce type d’équipement, qui sont de plus en plus nombreux chaque année. Ce qui est important, c’est que les bicyclettes à moteur électrique – contrairement aux cyclomoteurs (à moteur à combustion) – ne doivent pas être enregistrées. Ils n’exigent donc pas le paiement des frais d’assurance ordinaires et ne sont pas soumis à l’obligation de soumettre le vélo à des contrôles réguliers. En outre, ils ont un coût d’exploitation plus faible et n’émettent pas de gaz d’échappement, et le bruit généré par la machine est plus faible que dans le cas des moteurs à combustion.

Conception des bicyclettes électriques

Ce qui distingue les vélos électriques des vélos traditionnels (également appelés vélos “analogiques”), c’est principalement la présence d’un contrôleur, d’un moteur et d’une batterie. Conducteur – tous les composants électroniques, permettant de contrôler la puissance de l’assistance. Plus les jambes sont utilisées, plus le soutien est intensif. Le moteur – peut se présenter sous l’une des nombreuses variantes disponibles : directement relié à la manivelle, situé dans le moyeu de la roue arrière ou avant. Vous trouverez de plus amples informations sur les spécifications de cet élément.

 

Batterie – actuellement, la place de l’ancienne batterie au gel est de plus en plus souvent prise par l’alimentation au lithium-ion. Ceci est principalement dû à l’absence de “l’effet mémoire” de ces derniers, combiné à un poids inférieur – avec une plus grande efficacité. Une batterie standard, en fonction, entre autres, de sa capacité, permet un parcours “assisté” de 30 à même 150 km. Pour faciliter au maximum leur retrait et leur chargement, ils sont généralement montés sur le cadre ou sur le rack. Il existe également sur le marché des modèles de bicyclettes électriques qui permettent une recharge directe sans retirer la batterie.

Et l’espérance de vie ?

Chaque batterie de vélo électrique doit être remplacée après un certain nombre de cycles de décharge et de charge. En pratique, elle est actuellement de 500 à même 1000 (ce qui nous donne plus de 50 000 km). Jusqu’à présent, une bonne pratique pour prolonger la durée de vie de la batterie consistait à prendre soin de la moto dans des températures extrêmes – afin de ne pas la laisser surchauffer ou refroidir. Il est également déconseillé de laisser la batterie se décharger complètement. Actuellement, principalement grâce à l’utilisation des batteries lithium-ion susmentionnées, les performances de l’équipement se sont considérablement améliorées, et sa tolérance aux fluctuations de température a augmenté.  Néanmoins, le remplacement est recommandé lorsque la batterie actuelle ne peut plus être rechargée jusqu’à la fin de sa capacité initiale – même si elle conserve son efficacité. Les autres éléments qui composent la construction des vélos électriques sont également : un panneau spécialisé (utilisé pour contrôler l’assistance électrique), un écran LED (indiquant les paramètres d’activité de l’équipement), des capteurs de mesure de la vitesse. Sur certains modèles, il existe également des poignées de frein, qui bloquent la direction assistée en cas de freinage. Poids – comme vous pouvez facilement le deviner, le poids des vélos électriques est plus élevé que celui des vélos traditionnels. La présence du moteur et de la batterie, combinée à des renforts spéciaux du cadre, donne jusqu’à 9 kg de plus au poids total de la moto. Cependant, les innovations constantes introduites au cours du processus de production s’efforcent de la réduire. Par conséquent, une bicyclette électrique ne pèse pas plus de 20 kg au maximum. Ce poids n’est pas ressenti par le cycliste lors de l’utilisation.

Moteur – types d’entraînement

En fonction du point d’implantation, il existe trois types de moteurs dans les vélos électriques . Moteur de moyeu avant – cette forme de montage est principalement dédiée aux modèles conçus pour la conduite urbaine. Ce qui est important, c’est que son prix est généralement plus bas que dans le cas d’un entraînement central ou arrière. Ce type d’e-bike se caractérise par une structure simple, avec une charge de l’équipement uniformément répartie (surtout lorsque la batterie est montée sur le support). Le fonctionnement du moyeu arrière n’est pas non plus limité ici, et le changement de la roue avant reste à un niveau très confortable. Il existe également une liberté totale dans l’installation des dérailleurs autour du moyeu arrière. En revanche, un vélo électrique équipé de ce type de moteur est légèrement moins performant en montée et sur les chemins cahoteux (en montagne, par exemple).

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code