Histoire complète de la bicyclette

La bicyclette a plus de 200 ans – voici l’histoire de l’évolution d’un engin en bois appelé Laufmaschine vers les chiffres en carbone aux couleurs vives que nous connaissons aujourd’hui.

La Laufmaschine

Au cours du terrible été européen de 1816, les cendres volcaniques obscurcissent le soleil et les chutes de neige tuent les récoltes. L’éruption titanesque du mont Tambora, dans la lointaine Indonésie, avait plongé le monde entier dans une morosité glaciale. En Allemagne, les chevaux étaient abattus pour la nourriture qu’ils pouvaient fournir et le prolifique inventeur Karl Drais de Karlsruhe, dans le sud-ouest du pays, s’est mis en tête de trouver une alternative.

En 1817, nous avions la Laufmaschine (machine à courir) – qui devint connue sous le nom de Draisine – une solution de transport qui est devenue la bicyclette d’aujourd’hui et qui offre une mobilité bon marché, une indépendance et une liberté à des millions de personnes dans le monde. Il semble donc que ce terrible nuage avait un bon côté.
La Laufmaschine de Karl Drais

Drais n’était pas le premier à mettre deux roues en série, mais il a ajouté une direction et le concept de la bicyclette était lancé. Le format est toujours présent dans le vélo d’équilibre moderne que les enfants adorent.

Sa conception a été célébrée à Paris et bientôt, le vélocipède et les nombreuses variantes du « cheval de course » sont devenus la mode de la mobilité de leur époque. Celles-ci ont à leur tour incité des esprits intelligents à concevoir les améliorations qui ont perduré jusqu’à aujourd’hui.

Des pédales ont été ajoutées en 1864 dans l’atelier parisien du carrossier Pierre Michaux (l’employé Pierre Lallement a revendiqué l’innovation et a ensuite déménagé aux États-Unis pour y développer davantage la bicyclette) et la mode est repartie. Ces bicyclettes étaient connues sous le nom de vélocipèdes améliorés, ou plus communément appelées « boneshakers » pour leur conduite rude.

Le besoin de vitesse a donné naissance au Penny Farthing en 1870, dont la taille de la roue déterminait l’engrenage du vélo. Plus la jambe était longue, plus le rapport était élevé et plus la vitesse était élevée. Les conducteurs de ces machines étaient parfois appelés des « brûleurs » pour avoir brûlé sur les routes et les chemins, semant la terreur chez les piétons et les cavaliers.

L’engouement pour le vélo

Dans les pays du monde entier, les gens se rendent compte de l’utilité de ce véhicule. C’est en 1893, en Australie, que le véritable potentiel du vélo est établi. Percy Armstrong et R Craig ont parcouru à vélo le golfe de Carpentarie jusqu’à Melbourne – un voyage extraordinaire à l’époque – en couvrant 4 131 km en moins de 50 jours.

Pendant un certain temps, l’Australie fut le centre mondial du cyclisme de longue distance, avec plusieurs records de distance établis par des coureurs australiens, comme les 4 300 km parcourus par William Virgin de Perth à Brisbane en 60 jours. Nombre d’entre eux venaient des champs aurifères d’Australie occidentale, où la bicyclette était déjà bien établie comme moyen de transport personnel et comme service postal, car il était plus facile de nourrir les chevaux dans cet environnement difficile et la bicyclette était plus rapide et pouvait aller plus loin de toute façon.

La bicyclette s’est avérée être le véhicule idéal pour libérer les femmes de certaines des contraintes de la société des années 1890. Alors que la « bicyclette de sécurité » devenait le modèle standard, les femmes pionnières l’adoptaient pour les loisirs et le transport, abandonnant au passage les jupes complètes pour des culottes bouffantes. Les journaux de l’époque ont consacré des pages au phénomène des chevilles féminines exposées, tandis que les chroniqueurs et les auteurs de lettres étaient scandalisés.

Outre des vêtements moins contraignants, la bicyclette offre aux femmes un degré de liberté de mouvement sans précédent. Ces femmes pouvaient bénéficier de réseaux sociaux plus étendus, d’une meilleure santé physique, d’une plus grande confiance en elles et d’un sentiment d’utilité.

La bicyclette a donc permis le développement de la « nouvelle femme » de l’époque, qui travaillait en dehors du foyer, se considérait comme l’égale des hommes et pouvait être un leader dans la promotion du droit de vote des femmes et des questions sociales. C’est pourquoi la réformatrice sociale américaine Susan B. Anthony a déclaré que la bicyclette avait « fait plus pour émanciper les femmes que n’importe quoi d’autre au monde ».

L’amélioration des routes pour le cyclisme a longtemps préoccupé les cyclistes également. La League of American Wheelmen a été créée en 1880, tant pour organiser des randonnées que pour défendre les besoins des cyclistes. Par exemple, le Good Roads Movement aux États-Unis est né du plaidoyer de la League of American Wheelmen en faveur de routes adaptées à la pratique du vélo. De telles ligues ont commencé à apparaître partout où il y avait des « Wheelmen », y compris dans de nombreuses villes en développement d’Australie.
Un nouveau siècle

Au début du vingtième siècle, on attribue à la bicyclette la plus grande innovation scientifique du siècle. Selon Albert Einstein, c’est en faisant du vélo qu’il a conçu sa théorie générale de la relativité. Voilà une idée qui a virtuellement ajouté une dimension supplémentaire à notre compréhension de l’univers. Quelles autres grandes réalisations cette machine peut-elle apporter ?

La bicyclette reste un véhicule d’indépendance, d’entreprise et de santé pour le monde en développement. Une bicyclette permet d’accéder aux soins de santé, à l’éducation et à la communauté au sens large, et son transport abordable est une opportunité économique car une bicyclette permet de voyager deux fois plus loin, deux fois plus vite et de transporter quatre fois plus de charges.

Aujourd’hui, loin d’être remplacée par les véhicules à moteur, la bicyclette reste un outil essentiel pour lutter contre les maladies liées au mode de vie qui nous rendent malades et tristes en nombre de plus en plus important dans le monde développé. Pour des loisirs sains et, plus efficacement, pour le transport actif, chaque personne bénéficie d’un vélo électrique à sa disposition.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code